Retraite à Bali

Ecrit par Ludovic Herschlikovitz
Un climat des plus agréables, une vie quotidienne très économique, une fiscalité qui oublie le capital ... Vivre sa retraite à Bali peut faire rêver. A condition d'être en bonne santé et d'accepter de ne pas être tout à fait propriétaire.

retraite a bali

Pourquoi la retraite à Bali ?

C'est une destination paradisiaque : climat tropical chaud, superbes plages, paysages sculptés de rizières, nombreuses activités sportives possibles (plongée sous-marine, surf, randonnées dans un milieu volcanique etc). Bali est un peu la vitrine du tourisme de l'Indonésie. L'originalité de Bali est d'avoir conservé sa religion hindouiste alors que l'Indonésie est devenue le premier pays musulman du monde.

Coût de la vie

On peut considérer que le coût de la vie à Bali est de 60% inférieur à celui de la France. 
Les denrées alimentaires sont à des prix défiant toute concurrence et se trouvent facilement sur les marchés où le marchandage est de mise. En revanche, les produits manufacturés vous coûteront autant qu'en France.
Un repas dans un restaurant local vous coûtera de 4 à 6 €, un café local environ 0,40 €. Il est fort conseiller de ne boire que de l'eau en bouteille encapsulée. La connexion Internet n'est pas toujours très fiable : comptez de 18 à 25 € pour une connexion fixe de bonne qualité. Le carburant vous coûtera environ 43% de moins que dans l'Hexagone. Employer du personnel vous reviendra à une centaine de dollars américains par mois.
Le prix de l'immobilier reste très compétitif, une villa cossue avec piscine coûtant entre 180 000 et 300 000 €. Mais attention, en Indonésie un étranger ne peut pas être propriétaire d'un terrain.

Système financier

Le système financier est solide et n'a pas été affecté par la crise financière de 2008. La monnaie locale est la roupie indonésienne (IDR) : 1 € = 16 850,65 IDR (novembre 2020)

Fiscalité

Du coté de la fiscalité, Bali est une destination très alléchante. Si vous obtenez votre visa de retraité, vous serez considéré comme résident permanent par les autorités indonésiennes. Il vous faudra alors vous enregistrer auprès des service fiscaux locaux et obtenir un numéro de contribuable. L'impôt sur le revenu est progressif avec un maximum de 30% au delà de 30 000 €. La base imposable est large. Elle se compose de l'ensemble des revenus, hormis les pensions de retraite à déclarer en France, et du produit de vos capitaux mobiliers et immobiliers, sauf vos revenus de biens fonciers français à déclarer en France. Les intérêts et les dividendes, de même que les plus-values mobilières et immobilières sont soumises au régime général. En revanche, le capital n'est pas taxé, ni sa transmission. Pas d'impôts sur la fortune et pas de droits de succession.

Fiscalité à Bali Taxation  
Revenus Taux maximal de 30%  pastille orange
Capital Néant  pastille verte
Plus-values immobilières Sans objet  pastille orange
Plus-values mobilières Traités comme les revenus  pastille orange
Transmission / succession Néant  pastille verte

Devenir résident

Pour installer votre résidence principale à Bali, il faut demander un visa de long séjour, le plus simple si vous êtes retraité étant de demander un visa spécial retraité. Il faudra alors vous adresser au consulat indonésien le plus proche, à Paris ou à Marseille, qui vous indiquera la marche à suivre. Ce visa retraité sera d'abord valable 1 année, puis renouvelable chaque année pendant 5 années consécutives. Cela coûtera environ 430 € par an et, au bout de ces 5 années, vous pourrez demander un permis de résidence permanente. 
Pour obtenir ce premier visa spécial retraité, vous devrez remplir quelques conditions : avoir plus de 55 ans, s'engager à ne pas travailler, justifier d'un dossier de retraite, avoir une pension de retraite minimale, une couverture médicale et avoir une assurance décès, s'engager à employer pour ses besoins domestiques au moins une personne de nationalité indonésienne, justifier d'un logement correct sur place et de ressources financières pour couvrir ses besoins. Ces exigences financières se traduisent par une pension de retraite d'au moins 1 500 € par mois et par l'achat d'un logement au minimum de 35 000 € ou une location d'au moins 1 000 €. Les conditions immobilières sont raisonnables mais le minimum de pension de retraite semble exagéré par rapport au coût de la vie sur place.
Demander ou faire renouveler un visa sur place est loin d'être simple, l'administration indonésienne pouvant se montrer pointilleuse. Il faudra alors être patient et ne pas compter ses heures. Il existe toutefois des bureaux de l'immigration sur l'île et une antenne consulaire pour vous faire assister.

Les points moins positifs pour une retraite à Bali

Comptez 19 à 25 heures de vol pour vous rendre à Bali depuis la France et entre 800 et 1 200 € pour un billet aller-retour. Une fois à Bali, se déplacer ne sera pas si simple, il n'y a pas de trains sur l'île, les routes sont en mauvais état et la circulation difficile, les bus sont peu fiables. En revanche, il existe des minibus, présents dans toute l'île, et des taxis pas trop chers.

Immobilier

Le secteur immobilier est complexe à Bali.  Comme évoqué plus haut, un étranger ne peut pas être propriétaire d'un terrain, en revanche deux principales solutions sont proposées par les professionnels du foncier, le leasehold et le freehold. 
La location longue durée, le leasehold, généralement de 25 ans, est renouvelable une fois : dans ce cas précis, le propriétaire reste indonésien, vous effectuez les travaux et transformations que vous désirez et à la fin de la durée de location (25 ou 50 ans), le propriétaire indonésien récupère votre maison. Cette pratique est tout à fait légale et semble la moins risquée dans un pays où la sécurité juridique laisse à désirer.
L'autre solution est l'achat en prête-nom, le freehold. Dans ce cas, le terrain (et la contruction qui s'y trouve) sera officiellement acquis par un citoyen indonésien qui vous signera des documents, notamment une procuration irrévocable d'utiliser ou de vendre le bien foncier à votre guise, même en cas de décès du prête-nom, ainsi qu'une attestation indiquant qu'il est le propriétaire fictif du bien. Quelques précautions s'imposent. Le freehold, présenté comme "sûr", parait néanmoins discutable sur le plan juridique car, en cas de décès du prête-nom, ses héritiers pourraient remettre en cause ce montage immobilier. 

Système de santé

Les services de santé locaux manquent d'équipements et de praticiens, la médecine indonésienne reste médiocre. Il existe des cliniques privées de qualité mais à prix d'or.  

Représentation diplomatique française

Agence consulaire de France à Bali
Jalan Umalas I No 80
Kerobokan-Kuta
80117 Bali

Ammbassde de France à Djakarta
Menara BCA -40th floor
JL.MH. Thamrin no1
Jakarta Pusat 10310

VOTRE BILAN RETRAITE COMPLET ET GRATUIT

bilanretraite

Vous souhaitez savoir où vous en êtes avec votre retraite ?

Simulez gratuitement en 3 minutes

En savoir plus sur la retraite à l'étranger