Transférer une assurance vie vers un PER

Ecrit par Ludovic Herschlikovitz
Les épargnants ont jusqu’au 1er janvier 2023 pour transférer une partie ou la totalité de leurs avoirs sur une assurance vie vers un plan épargne retraite individuel (PERin). Cette opération ne présente-t-elle que des avantages ?

transfert assurance vie vers PER

Alimenter un PER individuel avec l’épargne d’une assurance vie, avantages et inconvénients

La réforme de l’épargne retraite a apporté des améliorations concrètes qui confèrent au nouveau plan épargne retraite (PER) plus d’attrait. Les dispositifs d’épargne retraite ont longtemps eu du mal à concurrencer l’assurance vie qui jusqu’à présent reste le placement privilégié des Français. Aujourd’hui, le PER propose de nouvelles options et des règles de fonctionnement plus souples. Qui plus est, les détenteurs d’une assurance vie ont la possibilité de transférer sur un PER individuel une partie ou la totalité de leurs épargnes et ce jusqu’au 1er janvier 2023.
 

Les avantages du transfert d'une assurance vie vers un PER

 
Pour rappel, l’épargne transférée sur un PER individuel doit provenir d’un contrat d’assurance vie de plus de huit ans. Aussi, le détenteur du contrat doit être à au moins cinq de l’âge légal de départ à la retraite. Par ailleurs, le capital racheté sur l’assurance vie doit intégrer le contrat PER avant le 31 décembre de l’année de rachat.
 
Le réel avantage tient sur le fait que le rachat dans le cadre d’un transfert vers un PERin bénéficie d’un abattement fiscal multiplié par deux. C’est-à-dire qu’une personne seule profite d’un abattement de 9 200 euros au lieu de 4 600 euros et un couple d’un abattement de 18 400 euros au lieu de 9 200 euros. L’épargnant peut par ailleurs déduire de son revenu imposable les versements effectués sur son PERin dans la limite d’un plafond fixé par l’administration fiscale.
 

Ce transfert présente-t-il des inconvénients ?

La disponibilité du capital est un point fort de l’assurance vie très apprécié des épargnants. Une fois transféré sur un PERin, ce capital restera bloqué jusqu’au passage à la retraite, date de dénouement du contrat. L'avantage fiscal du transfert est compensé par le blocage jusqu'à la retraite de l'épargne transféré sur le PER.  En outre, les versements ayant fait l’objet d’une déduction fiscale à l’entrée seront soumis à l’impôt à la sortie. Ainsi, l’épargnant devra payer d’impôt sur les plus-values, mais également sur le capital.

En résumé : Un épargnant qui envisage le transfert de l’épargne d’une assurance vie vers un PER individuel doit analyser sa situation personnelle pour pouvoir prendre la bonne décision : l’indisponibilité du capital peut-elle poser problème ? L’opération lui permet-elle de réaliser des économies d’impôt ?

En savoir plus sur le PER - Plan Épargne Retraite

En savoir plus sur l'assurance vie