Réforme de l’épargne retraite, qui seront les perdants ?

La réforme de l’épargne retraite fera des perdants selon François Carlier, délégué général de la CLCV. Les détenteurs d’un contrat Madelin collectif devront se résoudre à un transfert de leur épargne sur un PER. Dans la gestion associative en effet, les décisionnaires sont généralement à la solde des assureurs.

Création du nouveau plan épargne retraite (PER), quelle conséquence pour les contrats Madelin collectifs ?

Selon les ordonnances publiées dernièrement, le plan épargne retraite prévu par la loi Pacte sera commercialisé à partir du premier octobre 2019.  I s'agit d'un nouveau produit d'épargne retraite avec une règlementation beaucoup plus souple que celle régissant les offres actuellement sur le marché.

Les détenteurs d’un ancien contrat pourront transférer leurs épargnes sur ce nouveau produit qui a pour particularité de s’adapter à une carrière professionnelle changeante et évolutive. Les épargnants ont le choix entre conserver leurs anciens contrats (Perp, Madelin, Perco, etc.) ou bien les remplacer par un PER. Il se pourrait cependant que les détenteurs de contrats d’épargne retraite Madelin collectifs ne puissent pas avoir ce choix.

Selon le délégué général de la CLCV, François Carlier, les travailleurs indépendants devront renoncer à certains avantages à l’entrée en vigueur du PER. Les différentes spécificités des contrats vont en effet disparaitre avec l’harmonisation des règles. Les assureurs ne proposeront plus des taux garantis, un avantage dont jouissent actuellement de vieux contrats Madelin. En basculant vers un contrat PER, les épargnants ne pourront plus profiter de cet avantage qui peut aller jusqu’à 3,5% par an sur les fonds en euros. La tendance à la baisse des taux de rendement fait des rémunérations garanties une véritable aubaine. Les détenteurs d’un contrat individuel avec un taux minimum pourront le conserver, mais ce ne sera surement pas le cas pour les épargnes en gestion associative.

François Carlier affirme en effet que les associations sont en général « à la solde » des assureurs. A priori, les membres du conseil d’administration de la plupart des associations ont à un moment ou à un autre travaillé dans le monde de l’assurance. Selon le délégué général de la CLCV, rares sont les associations qui jouissent d’une totale indépendance. De ce fait, les clients devront s’attendre à des décisions favorables aux assureurs. Ce parti pris manifeste fera malheureusement beaucoup de perdants puisque les assureurs opteront pour la transformation de ces vieux contrats en un contrat PER qui mettra fin aux taux garantis. Malgré le fait que ce conflit d’intérêts va desservir les épargnants, le gouvernement ne pourra finalement pas intervenir puisqu’il a besoin de cette gestion associative pour promouvoir le PER.

Tout compte fait, la réforme de l’épargne retraite présente des inconvénients certains. Le nombre d’épargnants qui devront renoncer à un contrat lucratif risque d’être élevé. Pour les détenteurs de contrats Madelin collectifs notamment, les améliorations telles que la sortie en capital ou le déblocage anticipé pour l’acquisition d’une résidence principale seront occultées par la suppression du taux garanti.

Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement
À quel âge prendre votre retraite ?

À quel âge prendre votre retraite ?

Découvrir
Quelle sera votre pension ?

Quelle sera votre pension ?

Calculer
Quelles sont les solutions retraite préconisées ?

Quelles sont les solutions retraite préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Assurance vie, Perp, Préfon, Madelin... Trouvez vos solutions retraite en 3mn

calculez votre retraite