SCPI

Les SCPI (Société Civile en Placement Immobilier) sont des fonds d’investissements immobiliers avec un bon rendement en perspective depuis plusieurs années par rapport aux autres produits d'épargne. Investir son épargne dans des parts de SCPI peut être un investissement judicieux, à condition de trouver le bon gestionnaire et de limiter les frais de gestion.

SCPI

La SCPI : Explication

Concrètement, investir dans une SCPI revient à faire un placement immobilier uniquement sur papier : l’investisseur est propriétaire de parts et non d’un bien. C’est-à-dire que l’épargnant achète via un fonds d’investissement immobilier des parts pour lesquelles il touche des dividendes au bout de trois à six mois après l’acquisition. La perception des gains est habituellement trimestrielle, mais elle peut également être mensuelle ou semestrielle. Les revenus locatifs proviennent entre autres de logements de particuliers, d’immeuble de bureaux, de locaux commerciaux ou encore de résidences services.

Par ailleurs, les frais de souscription sont inclus dans le prix d’acquisition des parts (entre 6 et 12%), leur amortissement demande un peu de temps (pas moins de 8 ans).

Source La française

Détenir des parts de SCPI est parmi les investissements les plus rentables du moment. Avec la baisse continue des taux depuis plusieurs années et une rentabilité de moins de 2% de la majorité des contrats d'assurance vie, on estime aujourd'hui qu’un rendement est bon lorsqu’il excède le taux d’inflation !  Avec le recul constant du taux de rendement des fonds en euros, les SCPI offrent une alternative interessante  avec un taux de distribution sur la valeur du marché (TDVM) de 4,40% l’année dernière.

Investissement direct ou via une assurance vie

Investir dans une SCPI peut se faire directement auprès d’une société de gestion ou bien par l’intermédiaire d’un assureur vie. Dans le cas d’un placement direct, l’investissement se fait auprès d’une société de gestion ou d’une banque. L’épargnant dispose ainsi de parts au « nominatif pur » dont le fonctionnement est similaire à celui des parts de société. Le souscripteur peut acquérir des parts dans une SCPI procédant à une augmentation de son capital pour l’acquisition d’un nouveau bien. Par ailleurs, une acquisition sur le marché secondaire est également possible. C’est-à-dire que l’intéressé acquiert les parts d’un autre investisseur qui souhaite s’en séparer.
Dans le cas d’un placement via une assurance vie, l’épargnant laisse à son assureur le soin de gérer son investissement SCPI. Celui-ci est en charge de l’achat ou de la revente, cette gestion occasionne bien évidemment des frais.

Revente et transmission des parts de SCPI

Le détenteur de parts de SCPI peut s’en séparer, il confie la revente sur le marché secondaire à sa société de gestion. La revente est incertaine, les parts peuvent trouver preneurs rapidement ou au contraire, rester sur le marché plusieurs semaines voire plusieurs mois. La SCPI a également la possibilité de racheter les parts des investisseurs qui ne trouvent pas d’acheteur. Pour ce faire, elle peut céder un ou des biens immobiliers.

En cas de succession par ailleurs, les parts de SCPI sont partagées entre les héritiers ou les donataires. Toutefois, le détenteur de l’investissement peut anticiper cette transmission en faisant don à ses héritiers de la nue-propriété des parts tout en conservant l’usufruit. Par la suite, lors de la succession, les enfants ayant reçu don de la nue-propriété deviennent propriétaires des parts sans payer de nouvelles charges.

Fiscalité appliquée aux SCPI

Les détenteurs de parts de SCPI sont soumis à l’impôt pour les revenus annuels perçus de cet investissement. Ces intérêts sont assujettis au prélèvement forfaitaire unique de 30% (12,8% d’impôt et 17,2% de prélèvements sociaux). L’investisseur peut également choisir une taxation suivant le barème progressif de l’impôt et non à une imposition de 12,8%. Quant à la valeur des parts de SCPI, elle intègre le patrimoine assujetti à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Les détenteurs de parts de SCPI qui choisissent de les revendre doivent s’acquitter d’un impôt au taux de 19%. Suivant le régime des plus-values immobilières des particuliers, cette taxation s’applique à la différence entre le produit de la vente des parts et leur prix d’achat. Ils doivent également s’acquitter des prélèvements sociaux au taux de 17,2%. Par ailleurs, l’investisseur bénéficie d’un abattement dont la valeur est en fonction du nombre d’années de détention des parts revendues. La plus-value réalisée à la revente bénéficie ainsi d’une exonération d’impôt sur le revenu au bout de 22 ans de détention et d’une exonération de prélèvements sociaux au bout de 30 ans de détention. Il est opportun de conserver les parts de SCPI le plus longtemps possible afin de bénéficier d’une meilleure fiscalité.

En bref, la fiscalité applicable aux SCPI est avantageuse au fur et à mesure que les années passent. Pour choisir une bonne SCPI, il faut prendre en considération le taux d’occupation (idéalement supérieur à 90%) et la régularité de la performance année après année.

Choisir le type de SCPI adapté a ses choix d'investissements

 Vous aurez le choix d'investir sur des fonds ayant chacun leurs propres support principal d'investissement :

  • Immobilier de bureau en France ou à étranger, 
  • Maison de retraite ou EPHAD
  • Immobilier locatif
  • .....
 

Parts de SCPI, une bonne performance en perspective


Détenir des parts de SCPI est parmi les investissements les plus rentables du moment. On estime en effet qu’un rendement est bon lorsqu’il excède le taux d’inflation. Avec le recul constant du taux de rendement des fonds en euros, les SCPI sont une meilleure option avec un taux de distribution sur la valeur du marché (TDVM) de 4,40% en 2019.

Concrètement, investir dans une SCPI est un placement immobilier uniquement sur papier, l’investisseur est propriétaire de parts et non d’un bien. C’est-à-dire que l’épargnant achète via un fonds d’investissement immobilier des parts pour lesquelles il touche des dividendes au bout de trois à six mois après l’acquisition.
 
La perception des gains est habituellement trimestrielle, mais elle peut également être mensuelle ou semestrielle. Les revenus locatifs proviennent entre autres de logements de particuliers, d’immeuble de bureaux, de locaux commerciaux ou encore de résidences services. Par ailleurs, les frais de souscription sont inclus dans le prix d’acquisition des parts (entre 6 et 12%), leur amortissement demande un peu de temps (pas moins de 8 ans).

Investissement direct ou via une assurance vie

Investir dans une SCPI peut se faire directement auprès d’une société de gestion ou bien par l’intermédiaire d’un assureur vie :
 
  • Dans le cas d’un placement direct : l’investissement se fait auprès d’une société de gestion ou d’une banque. L’épargnant dispose ainsi de parts au « nominatif pur » dont le fonctionnement est similaire à celui des parts de société. Le souscripteur peut acquérir des parts dans une SCPI procédant à une augmentation de son capital pour l’acquisition d’un nouveau bien. Par ailleurs, une acquisition sur le marché secondaire est également possible. C’est-à-dire que l’intéressé acquiert les parts d’un autre investisseur qui souhaite s’en séparer.
  • Dans le cas d’un placement via une assurance vie, l’épargnant laisse à son assureur le soin de gérer son investissement SCPI. Celui-ci est en charge de l’achat ou de la revente, cette gestion occasionne bien évidemment des frais.

Revente et transmission des parts de SCPI

Le détenteur de parts de SCPI peut s’en séparer, il confie la revente sur le marché secondaire à sa société de gestion. La revente est incertaine, les parts peuvent trouver preneurs rapidement ou au contraire, rester sur le marché plusieurs semaines voire plusieurs mois. La SCPI a également la possibilité de racheter les parts des investisseurs qui ne trouvent pas d’acheteur. Pour ce faire, elle peut céder un ou des biens immobiliers.

En cas de succession par ailleurs, les parts de SCPI sont partagées entre les héritiers ou les donataires. Toutefois, le détenteur de l’investissement peut anticiper cette transmission en faisant don à ses héritiers de la nue-propriété des parts tout en conservant l’usufruit. Par la suite, lors de la succession, les enfants ayant reçu don de la nue-propriété deviennent propriétaires des parts sans payer de nouvelles charges.


Fiscalité appliquée aux SCPI

Les détenteurs de parts de SCPI sont soumis à l’impôt pour les revenus annuels perçus de cet investissement. Ces intérêts sont assujettis au prélèvement forfaitaire unique de 30% (12,8% d’impôt et 17,2% de prélèvements sociaux). L’investisseur peut également choisir une taxation suivant le barème progressif de l’impôt et non à une imposition de 12,8%. Quant à la valeur des parts de SCPI, elle intègre le patrimoine assujetti à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Les détenteurs de parts de SCPI qui choisissent de les revendre doivent s’acquitter d’un impôt au taux de 19%. Suivant le régime des plus-values immobilières des particuliers, cette taxation s’applique à la différence entre le produit de la vente des parts et leur prix d’achat. Ils doivent également s’acquitter des prélèvements sociaux au taux de 17,2%.

Par ailleurs, l’investisseur bénéficie d’un abattement dont la valeur est en fonction du nombre d’années de détention des parts revendues. La plus-value réalisée à la revente bénéficie ainsi d’une exonération d’impôt sur le revenu au bout de 22 ans de détention et d’une exonération de prélèvements sociaux au bout de 30 ans de détention. Il est opportun de conserver les parts de SCPI le plus longtemps possible afin de bénéficier d’une meilleure fiscalité.
En bref, la fiscalité applicable aux SCPI est avantageuse au fur et à mesure que les années passent. Pour choisir une bonne SCPI, il faut prendre en considération le taux d’occupation (idéalement supérieur à 90%) et la régularité de la performance année après année. 

Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement
À quel âge prendre votre retraite ?

À quel âge prendre votre retraite ?

Découvrir
Quelle sera votre pension ?

Quelle sera votre pension ?

Calculer
Quelles sont les solutions retraite préconisées ?

Quelles sont les solutions retraite préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Assurance vie, Perp, Préfon, Madelin... Trouvez vos solutions retraite en 3mn

calculez votre retraite