PER ou Assurance vie ? Quel choix pour ma Retraite ?

Sur le marché depuis octobre 2019, le nouveau plan épargne retraite (PER) commence à prendre marques. Les détenteurs d’un vieux contrat se demandent ainsi s’il est intéressant de procéder au transfert. Les nouvelles options proposées par le PER ne sont cependant pas les seuls éléments à prendre en compte.

PER ou assurance vie

Pourquoi renoncer à un vieux dispositif d’épargne retraite ou à une assurance vie pour un PER ?

La commercialisation des anciens dispositifs d’épargne retraite (PERP, Madelin, Prefon, Corem) s’arrêtera le 30 septembre prochain. A partir de cette date, le PER sera le seul produit d’épargne retraite disponible à la souscription. Toutefois, les détenteurs d’un PERP ou d’une retraite Madelin peuvent conserver leur contrat et continuer à l’alimenter selon les anciennes règles.
L’épargne accumulée sur un ancien contrat peut par ailleurs être transférée sur un PER, un moyen pour l’épargnant de bénéficier de la nouvelle règlementation. Il faut préciser en effet que la loi Pacte a apporté des améliorations importantes, de nouvelles options pour donner plus d’attrait à l’épargne retraite. Les règles disparates et une offre de produits trop complexe ont fait de l’épargne retraite un placement peu populaire, le marché étant largement dominé par l’assurance vie.

Avec l’harmonisation des règles, la création d’un produit unique (PER) et un fonctionnement plus souple, l’épargne retraite revient sur le devant de la scène. Le PER répond aux besoins des particuliers et des entreprises avec un volet individuel et un volet collectif (facultatif et obligatoire). Et en termes de supports, il propose un investissement en fonds en euros et en unités de compte.

Le transfert d’un ancien produit vers un PER est-il pertinent ?

Le détenteur d’un ancien produit d’épargne retraite peut transférer son épargne sur un PER s’il le souhaite. La législation n’a pas fixé de date limite pour ce transfert, donnant à l’épargnant le temps de bien étudier sa situation. Certes, le nouveau plan propose de nouvelles options et des avantages certains, mais renoncer à un vieux contrat d’épargne retraite n’est pas toujours bénéfique. Plusieurs points doivent en effet être pris en compte : 

  • Il se peut en effet que l’ancien contrat présente des avantages tels qu’un taux garanti acceptable ou encore une table de mortalité intéressante.
  • Concernant la fiscalité, celle de l’ancien plan peut être plus bénéfique à l’épargnant que celle du PER. Sur les rentes notamment, l’imposition n’est pas la même et si le détenteur du contrat opte pour cette sortie, une comparaison peut s’avérer nécessaire.
  • Par ailleurs, l’opération de transfert n’est pas gratuite et les frais peuvent atteindre 5% de l’encours du contrat, un montant non négligeable alors que le rendement reste incertain.

Les avantages du PER

Les nouvelles options proposées par le PER peuvent également faire pencher la balance. En effet, le PER propose :

  • une sortie en capital à hauteur de 100%,
  • une sortie en rente viagère
  • ou encore une combinaison des deux.
  • De plus, l’acquisition de la résidence principale vient s’ajouter à la liste des cas exceptionnels permettant de débloquer le capital durant la phase d’épargne.

Sur le plan fiscal, les sommes versées sur un PER bénéficient à l’entrée d’une déduction fiscale à hauteur d’un plafond fixé par l’administration fiscale. Concrètement, l’épargnant peut déduire de son revenu imposable les versements effectués sur son plan. Cette déduction à l’entrée entraine par ailleurs une taxation au barème de l’impôt sur le revenu pour le capital et au prélèvement forfaitaire unique (PFU) pour les plus-values. Un contribuable fortement imposé peut profiter de cette économie d’impôt dans la mesure où son taux d’imposition peut considérablement diminuer à son passage à la retraite (au dénouement de son contrat PER). Par ailleurs, l’épargnant peut renoncer à cette déduction à l’entrée pour bénéficier à la sortie d’une exonération d’impôt. Cet avantage est surtout interessant pour les épargnant non imposable et permet d'alleger la fiscalité à la sortie du contrat.

Assurance vie ou PER

Jusqu’au 1er janvier 2023, le détenteur d’une assurance vie peut transférer une partie ou la totalité de son épargne sur un PER. Cette possibilité n’est pas ouverte à tous puisque l’épargnant doit être à plus de 5 ans de la retraite et le contrat d’assurance vie en question doit comptabiliser plus de 8 ans d’ancienneté. De plus, le contrat PER pour le transfert doit être souscrit chez l’assureur vie de l’épargnant.

L’intérêt de cette opération est la fiscalité proposée puisque l’épargnant bénéficie d’un abattement multiplié par deux lors du rachat et réalise une économie d’impôt lors du versement de la somme sur le PER grâce à la déduction fiscale.

 
Quoi qu’il en soit, l’assurance vie conserve son atout principal : la disponibilité du capital.
En transférant l’épargne d’une assurance vie sur un PER en effet, le contractant ne peut plus y toucher jusqu’à son départ à la retraite, sauf cas exceptionnel. Toutefois, un PER peut être transféré d’un établissement à un autre, ce qui n’est pas le cas de l’assurance vie.
 
En bref, le PER est un produit d’épargne retraite amélioré qui a de bons arguments pour convaincre les épargnants. Bien qu’il reste un produit tunnel, les nouvelles options et sa portabilité sont des points positifs pour persuader les détenteurs d’un vieux contrat d’épargne retraite de procéder au transfert.

 

Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement
À quel âge prendre votre retraite ?

À quel âge prendre votre retraite ?

Découvrir
Quelle sera votre pension ?

Quelle sera votre pension ?

Calculer
Quelles sont les solutions retraite préconisées ?

Quelles sont les solutions retraite préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Assurance vie, Perp, Préfon, Madelin... Trouvez vos solutions retraite en 3mn

calculez votre retraite