Astuces pour payer moins de droits de succession

Afin d’éviter ou d’alléger les droits de succession, il existe plusieurs dispositifs, dont la donation, l’assurance vie, le démembrement de propriété ou encore la création d’une SCI familiale.

astuces payer moins frais succession

Source Pixabay

Dispositifs pour contourner les droits de succession

La transmission d’un patrimoine est soumise à des droits de succession dont le pourcentage dépend du lien de parenté de l’héritier avec le défunt. Ils sont en effet de 5 % à 45 % pour une succession en ligne directe (entre parent et enfant), mais il est de 35 % à 60 % pour une succession à un membre de la famille plus éloigné. Si le défunt n’a pas pris des dispositions particulières avant son décès, son patrimoine revient aux héritiers définis par la loi. Dans ce cas, la succession se divise en deux parties, la réserve héréditaire et la quotité disponible. Cette réserve héréditaire est la partie transmise aux enfants du défunt (ou à ses petits enfants) dont le pourcentage est en fonction de leur nombre. Dans le cas où le défunt n’a pas eu d’enfant, son conjoint devient son héritier réservataire à qui est transmise 1/4 de la succession.
Il faut préciser qu’avant l’application des droits de succession, chaque héritier bénéficie d’un abattement dont le montant dépend également de son lien de parenté avec le défunt :

  • 100 000 euros pour un héritier direct
  • 15 932 euros pour un frère ou une sœur
  • 7 967 euros pour un neveu ou une nièce
  • 159 325 euros pour un héritier en situation de handicap. A cet abattement s’ajoute l’exonération accordée en fonction du lien de parenté avec le défunt.

Le conjoint ou le partenaire de Pacs ne paie pas de droits de succession sur sa part d’héritage. Cette exonération totale peut également s’étendre au frère ou à la sœur du défunt si cette personne remplit les conditions préétablies.
Pour liquider son patrimoine et alléger les droits de succession qui pèsent sur ses héritiers, un contribuable peut prendre des mesures de son vivant.

Donation et droits de succession

Les droits de succession sont des charges importantes dont le coût peut être amorti grâce à une donation. Irrévocable, une donation permet de bénéficier d’un abattement dont le montant dépend du lien de parenté entre le donateur et le bénéficiaire. De ce fait, une donation entre parent est enfant est exonérée de droits de donation dans la limite de 100 000 euros. Un abattement de 31 865 euros s’applique par ailleurs pour une donation entre grand-parent et petit-enfant. Pour une donation à un arrière-petit-enfant, à un frère ou une sœur ou à un époux ou partenaire de Pacs, les abattements sont respectivement de 5 310 euros, 15 932 euros et 80 724 euros.
Dans le cas où la valeur de la donation dépasse le montant de l’abattement, l’excédent est soumis aux droits de donation dont le pourcentage est égal à celui des droits de succession. Il faut souligner qu’un contribuable peut bénéficier de ces abattements tous les 15 ans.

Assurance vie et droits de succession

L’assurance vie est un dispositif proposant une fiscalité plus que favorable et souscrire un contrat dans le but de liquider son patrimoine à moindre coût est une opération tout à fait pertinente. Étant donné que les droits de succession varient en fonction du lien de parenté et de la somme transmise (la succession en ligne directe étant la moins taxée) une personne qui souhaite transmettre un capital à un parent éloigné, à un ami ou à une association, a tout intérêt à passer par l’assurance vie.
Par ailleurs, les sommes versées sur une assurance vie avant les 70 ans du souscripteur sont soumises à un abattement fiscal de 152 500 euros par bénéficiaire. Cette exonération passe à 30 500 euros par bénéficiaire pour les versements effectués après les 70 ans de l’assuré.

Droits de succession et démembrement de propriété en immobilier

Pour faire simple, le démembrement de propriété en immobilier est une opération permettant de diviser la pleine propriété en nue-propriété et usufruit. Cette pratique offre de nombreux avantages en termes de succession ou de donation puisqu’elle permet d’alléger les charges fiscales y afférent. Sur le plan fiscal en effet, le démembrement est avantageux puisque les droits ne sont pas calculés sur la valeur de la pleine propriété, mais sur la valeur de la nue-propriété. De plus, ce calcul respecte un barème dégressif en fonction de l’âge du propriétaire lors de l’opération de démembrement.
De son vivant, une personne peut donner à ses enfants la nue-propriété d’un bien tout en conservant le droit d’usage ou l’usufruit. Cette opération permet au donateur de transmettre son patrimoine à ses descendants et de profiter des abattements fiscaux sur les droits de donation. Dans ce cas de figure, le décès de l’usufruitier qui n’est autre que le donateur met fin au démembrement et le ou les nues-propriétaires (les donataires) prennent possession du bien en pleine propriété sans paiement de droits de succession.

SCI et droits de succession

La transmission d’un bien immobilier via une succession classique présente quelques inconvénients qu’il est facile d’éviter avec une SCI (Société Civile Immobilière) familiale. Dans le cadre d’une succession classique en effet, les héritiers directs (les enfants du défunt) sont les propriétaires indivis. Les héritiers indivisaires doivent gérer ensemble le ou les biens immobiliers compris sans la succession. Les décisions doivent ainsi être prises à l’unanimité ou au moins être approuvées par 2/3 des héritiers. En cas de conflit entre ces derniers, la gestion du patrimoine devient très compliquée.

Afin de contourner le régime de l’indivision, il est possible de diviser le ou les biens immobiliers en parts sociales via une SCI, idéale pour préparer la succession. Pour éviter les droits de succession, le propriétaire d’un bien immobilier peut créer une SCI puis donner des parts sociales à ses enfants. La transmission des parts sociales par donation permet de bénéficier des abattements en vigueur. De plus, l’opération peut être réitérée tous les 15 ans. Lorsque la valeur de la donation est inférieure à 100 000 euros (abattement pour un héritier direct), aucun droit n’est dû. Et comme les parts sociales sont déjà la propriété de ou des héritiers, ces derniers ne paient pas de droits de succession au décès du donateur. Il faut souligner également que la valeur des parts sociales dans le cadre d’une SCI est de 10 à 15 % inférieure à celle du bien détenu en indivision.
En outre, le démembrement de propriété des parts sociales est également une solution si le donateur ne souhaite pas transférer le plein pouvoir à ses enfants. Il reste ainsi l’usufruitier des parts sociales tandis que ses enfants deviennent les nues-propriétaires.

Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement

À quel âge prendre
votre retraite ?

Découvrir

Quelle sera
votre pension ?

Calculer

Quelles sont les
solutions retraite
préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Vous recherchez un prestataire pour vous ou un parent ?

  • Aménager mon logement
  • Solutions d’hébergement
  • Aide à domicile
  • etc...
Découvrir tous les services proposés