Retrait de l’âge pivot annoncé par le Premier Ministre

Retrait de l’âge pivot annoncé par le Premier Ministre

Le Premier ministre Edouard Philippe consent à retirer la mesure visant à appliquer l’âge pivot dès 2022. Ce retrait ne concerne cependant pas le dispositif en lui-même puisque la réforme prévoit bel et bien un âge d’équilibre entrant en vigueur en 2037, année à laquelle les premières générations concernées par le nouveau système commenceront à partir à la retraite.

Age pivot et réforme des retraites, l’annonce du Premier ministre Edouard Philippe

L’exécutif renonce pour un temps à la mise en place d’un âge pivot (fixé à 64 ans) dans le cadre de la réforme des retraites. L’annonce a en effet été faite par Premier ministre Edouard Philippe sur le retrait provisoire de cette mesure. Pour une entrée en vigueur prévue en 2022, le gouvernement comptait sur cet âge pivot pour permettre à un système de retraite déficitaire de retrouver l’équilibre d’ici 2027. La négociation avec les syndicats n’est pas une mince affaire puisque le sujet est source de grands désaccords, et ce depuis la toute première fois où cet âge d’équilibre a été évoqué.

Que faut-il retenir de l’annonce du Premier ministre le samedi 11 janvier dernier ?

Le retrait définitif de l’âge pivot dans le nouveau régime de retraite n’est pour l’heure pas une option. Le Premier ministre Edouard Philippe se dit toutefois prêt à renoncer à la mise en place anticipée de ce dispositif. Il faut rappeler en effet que le gouvernement souhaitait une entrée en vigueur de l’âge d’équilibre dès 2022, trois ans avant celle du système universel. Cette décision était motivée par le possible déficit du système des retraites d’après les prévisions du Conseil d’orientation des retraites (COR). Pour que les cotisations des actifs puissent couvrir les pensions des retraités, le gouvernement entrevoyait en l’âge pivot un moyen d’économiser près de trois milliards d’euros en 2022 et douze milliards d’euros en 2027.

Le samedi 11 janvier dernier, le chef du gouvernement a donc annoncé aux partenaires sociaux le retrait provisoire de l’entrée en vigueur anticipée de l’âge pivot. Concrètement, l’âge pivot reste d’actualité, mais il ne sera probablement pas effectif dès 2022. Jusqu’à la fin du mois d’avril 2020, des négociations seront menées afin de trouver des mesures permettant d’éviter le déficit du système des retraites. Si à la fin de cette conférence de financement les parties en concertations trouvent les moyens de maintenir l’équilibre, l’âge pivot pour les retraites avant 2037 sera retiré du projet de loi. Dans le cas contraire, le projet de loi contiendra un texte assurant à l’exécutif une autre alternative.

Le Premier ministre a tenu à préciser dans sa lettre aux partenaires sociaux que « les mesures destinées à rétablir l’équilibre ne devront entraîner ni baisse des pensions pour préserver le pouvoir d’achat des retraités ni hausse du coût du travail pour garantir la compétitivité de notre économie. »

Un âge pivot en vigueur en 2037

La réforme des retraites ne renonce donc pas à la mise en place d’un âge pivot, le gouvernement recule seulement de quelques années son entrée en vigueur. En plus de l’âge légal de départ à la retraite maintenu à 62 ans, un âge d’équilibre fixé à 64 ans (en 2027) avec une évolution progressive sera appliqué à compter de 2037, année à laquelle la génération 1975 commencera à partir à la retraite.

Pour rappel, l’âge légal de départ à la retraite est un seuil établi à compter duquel un actif peut cesser son activité professionnelle et commencer à percevoir sa pension. Dans le système de retraite actuel, un départ à 62 ans ne signifie pas forcément une retraite à taux plein. L’assuré est en droit de partir même s’il n’a pas validé le nombre de trimestres requis. Pour percevoir une pension complète, l’assuré doit en effet respecter une durée de cotisation de 172 trimestres pour les générations nées après 1973. Un départ à 62 ans avec une durée de cotisation incomplète implique une baisse de la pension de retraite (décote).

Dans le cadre de la réforme, le même système devrait être appliqué. Le système universel maintient à 62 ans l’âge légal de départ à la retraite, mais un âge pivot servira de seuil pour la retraite à taux plein. Dans cette optique, il ne s’agira plus de trimestres validés, mais plutôt de points accumulés. Concrètement, le gouvernement veut inciter les Français à travailler au moins deux années de plus après l’âge minimum. De ce fait, un mécanisme de bonus-malus est envisagé, un départ avant l’âge d’équilibre sera pénalisé par une décote (5% par an) et chaque année de travail supplémentaire après l’âge pivot sera gratifiée d’un bonus (5% par an).

Ce système de bonus-malus pourrait nuire aux actifs ayant accédé au monde du travail tôt. Dans le système actuel en effet, ces assurés peuvent prétendre à une pension complète à 62 ans puisqu’ils ont assez cotisé. Dans le système universel, ils devraient prolonger d’encore deux ans leur carrière professionnelle pour que la valeur normale du point puisse être appliquée et percevoir ainsi une retraite à taux plein. En revanche, les actifs ayant une carrière professionnelle hachée et ceux ayant intégré le monde du travail sur le tard pourraient prétendre à une pension complète dès 64 ans dans le nouveau système. Alors qu’actuellement, ces catégories d’actifs doivent attendre 67 ans pour que taux plein leur soit accordé.

Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement

À quel âge prendre
votre retraite ?

Découvrir

Quelle sera
votre pension ?

Calculer

Quelles sont les
solutions retraite
préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Vous recherchez un prestataire pour vous ou un parent ?

  • Aménager mon logement
  • Solutions d’hébergement
  • Aide à domicile
  • etc...
Découvrir tous les services proposés