APA pour regagner en autonomie

APA pour regagner en autonomie
En France, les séniors en difficulté peuvent compter sur l’aide du Gouvernement, et ce, en bénéficiant de diverses allocations selon la situation dans laquelle ils se trouvent. L’un des principaux problèmes des aînés, surtout ceux qui vivent seuls, c’est la perte d’autonomie. Et l’une des solutions apportées est l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), une aide dont le montant est fixé en fonction du degré de dépendance de son bénéficiaire (déterminé à partir de la grille AGGIR). Notons que l’APA ne tient pas compte du revenu que peut percevoir son bénéficiaire.

Critères d’éligibilité à l’APA

En règle général, tous les retraités résidents en France et âgés de 60 ans ou plus peuvent solliciter le Centre Communal d’Actions Sociales (CCAS) afin de pouvoir bénéficier de l’APA. Il faut juste que la perte d’autonomie de l’intéressé soit officiellement établi et évaluée par l’intermédiaire de la grille AGGIR (Autonomie, Gérontologie Groupe Iso Ressources). Il s’agit d’un système d’évaluation mis au point par des médecins de la Sécurité Sociale avec le concours de la Société française de Gérontologie et de quelques informaticiens. Comprenant 6 niveaux (GIR1, GIR2… GIR6), cette grille détermine non seulement le degré de dépendance du retraité, mais également le niveau d’assistance dont il a besoin. Pour faire court, le classement « GIR1 à GIR6 » va des personnes ayant besoin d’une assistance permanente (GIR1) aux personnes les plus autonomes (GIR6). Les bénéficiaires de l’APA sont les personnes classées de GIR1 à GIR4. L’évaluation est effectuée par un groupe de professionnels mandaté par le Conseil Départemental, l’organisme qui finance l’APA. Comme dit précédemment, le revenu du retraité n’entre pas en compte pour son éligibilité à l’APA, mais il l’est pour la détermination de la valeur de l’APA. Et si ce revenu s’avère être assez important, il se peut qu’on réclame au retraité une participation progressive.

L’APA à domicile ou en établissement

Si certains retraités préfèrent rester chez eux pour passer leurs vieux jours, d’autres font le choix de rejoindre les EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes). Les uns comme les autres, ils peuvent bénéficier de l’APA, mais il est quand même nécessaire de faire une distinction.
  • APA à domicile
Dans ce cas-ci, l’APA sert surtout à financer l’aide personnalisée à domicile, selon les besoins du bénéficiaire. Il se peut, par exemple, qu’il ait besoin d’un auxiliaire de vie ou qu’on lui apporte son repas. 
  • APA en établissement
Cette fois, l’APA est destinée à alléger le bénéficiaire d’une partie des tarifs dépendance de l’établissement dans lequel il se trouve.
N.B : le montant de l’APA à domicile a été revu à la hausse depuis la promulgation de la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement.

 

Remarque :
  • Si un sénior qui a choisi de vivre chez lui décide plus tard de rejoindre un EHPAD, il touchera alors une APA en établissement et non plus une APA à domicile.
  • Les personnes bénéficiant déjà de la PCH (Prestation de Compensation du Handicap), d’une aide-ménagère à domicile ou bien d’une aide de la part de leur caisse de retraite ne peuvent pas prétendre à l’APA
Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement

À quel âge prendre
votre retraite ?

Découvrir

Quelle sera
votre pension ?

Calculer

Quelles sont les
solutions retraite
préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Vous recherchez un prestataire pour vous ou un parent ?

  • Aménager mon logement
  • Solutions d’hébergement
  • Aide à domicile
  • etc...
Découvrir tous les services proposés