Retraite par points : Explication de la réforme

Le système universel porté par la réforme des retraites est un régime par points. Concrètement, les cotisations des assurés leur permettent d’acquérir des points qu’ils accumulent tout au long de leur carrière professionnelle.

retraite par point explication reforme

Système de retraite universel par points

Le système universel de retraite du Président de la République Emmanuel Macron est un régime par points qu’il veut égalitaire et solidaire offrant à tous les actifs le même traitement. Concrètement, la notion de trimestres de retraite va disparaitre pour laisser place à une capitalisation de points, et ce sans renoncer au principe d’un régime par répartition.

Cotisation et points de retraite

Dans le système universel de retraite, les actifs cotisent afin d’accumuler des points de retraite. Un point de retraite a une valeur définie. Le rapport Delevoye a proposé une valeur de 10 euros pour un point de retraite.

Pour les périodes non travaillées (chômage, congé de maternité, congé parental, invalidité, rôle d’aidant, etc.), la réforme prévoit l’octroi de points supplémentaires. La tâche de la Caisse nationale de retraite universelle (CNRU) est de déterminer chaque année la valeur d’achat du point.

Une fois à la retraite, les points accumulés tout au long de la carrière professionnelle sont convertis en pension. Il appartient également à la CNRU de définir le montant de pension obtenu avec un point de retraite ou la valeur de service du point. Le rapport Delevoye a proposé une valeur de 5,50 euros de pension par an pour 10 points de retraite.

Concrètement, un nouveau retraité avec une carrière professionnelle d’une durée de 43 ans percevait un salaire moyen mensuel de 1 813 euros nets.
Il cesse son activité professionnelle à l’âge de 64 et a accumulé 29 800 points de retraite. La pension de retraite obtenue après reconversion des points tourne autour de 1 265 euros nets. Il faut savoir que de nombreux éléments peuvent modifier ce montant pour ne citer entre autres que le nombre d’enfants de l’assuré, les points bonus au titre des périodes non travaillées, l’évolution de la valeur du point et la progression de l’âge pivot.
Par ailleurs, la revalorisation annuelle de ces deux valeurs du point de retraite (achat et service) se fera à priori en fonction du revenu moyen par tête et non pas de la hausse des prix hors tabac. Toutefois, la transition vers une indexation sur l’évolution des salaires sera longue. Chaque valeur fixée par la CNRU (par les partenaires sociaux donc) devra passer devant le parlement pour être validée.

Quelle garantie offre le gouvernement sur la valeur du point de retraite ?

Les cotisants s’interrogent sur la manière de déterminer la valeur du point de retraite et sur sa revalorisation.

Pour les rassurer, le Premier ministre Édouard Philippe a précisé que la valeur du point de retraite ne pourra pas baisser tout comme le niveau de retraite des pensionnés et la loi y veillera.
Pour l’heure, aucun détail sur l’évolution de la valeur du point de retraite n’a été donné, mais une indexation sur l’évolution des salaires est en principe plus profitable pour le pouvoir d’achat des retraités qu’une revalorisation suivant l’inflation.

Une retraite minimum de 1 000 euros nets

La retraite minimum recommandée par le haut-commissaire à la réforme des retraites est de 1 000 euros, une proposition que le gouvernement a retenue dans son projet de loi retraite. Un actif avec une carrière complète devrait ainsi bénéficier au minimum de 85% du SMIC. A compter de l’année 2022 donc, la retraite minimale atteindra les 1 000 euros prévus par la réforme.

Cette retraite minimum à hauteur de 85% du SMIC est déjà inscrite dans l'article 4 de la loi du 21 août 2003 portant sur la réforme des retraites. Toutefois, il ne s’agit que d’un objectif qui n’a pas donné lieu à une application effective. Dans le cas présent, le gouvernement veut une mesure applicable à toutes les catégories d’actifs présentant une carrière complète, mais ayant cotisé sur un faible salaire. Il ne s’agit donc pas d’un objectif à atteindre, mais d’un dispositif à appliquer.

En revanche, le minimum vieillesse ou allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) est une aide sociale allouée aux séniors afin que leur revenu mensuel ne descende pas en dessous d’un certain seuil (868, euros par mois en 2019 et 900 euros en 2020 pour une personne seule). Cette garantie minimale de revenu est accordée sur demande et sous certaines conditions.

Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement

À quel âge prendre
votre retraite ?

Découvrir

Quelle sera
votre pension ?

Calculer

Quelles sont les
solutions retraite
préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Vous recherchez un prestataire pour vous ou un parent ?

  • Aménager mon logement
  • Solutions d’hébergement
  • Aide à domicile
  • etc...
Découvrir tous les services proposés