PERP ou assurance-vie ?

PERP ou assurance-vie ?
Quel que soit le métier exercé durant la vie active, il est toujours judicieux de constituer une épargne retraite afin de pouvoir faire face aux éventuels coups dur ou bien, dans le cas où tout se passe bien, constituer un matelas financier encore plus confortable. Les types d’épargne les plus courants sont le PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire) et l’assurance-vie. Le tout est de savoir quelle formule est la plus intéressante et pour y répondre, il faut analyser chaque plan d’épargne à la loupe.

perp ou assurance vie

Le PERP : Plan d’Epargne Retraite Populaire 

A sa création en 2003, le PERP n’avait pas grand-chose de stimulant, son rendement étant assez moindre. Mais une règlementation remontant à 2013 a changé peu à peu la donne, permettant ainsi à certains PERP de faire gagner à leur souscripteur autant ou plus que certains contrats d’assurances-vie. Ladite règlementation stipule qu’il est désormais interdit de verser des rétrocommissions aux distributeurs. L’argent ainsi économisé pourra alors être converti en UC et qui dit plus de UC dit plus de revenus. Les fonds euros du PERP n’ont donc désormais plus rien à envier à ceux de l’assurance-vie.
Par ailleurs, les souscripteurs en PERP bénéficient également d’une déduction fiscale non négligeable à l’entrée, une option intéressante surtout pour les contribuables dont la tranche d’imposition est élevée.  Cette déduction n’entre pas en compte lors du plafonnement des niches fiscales.
Dans la majorité des cas, le souscripteur en PERP ne pourra toucher à son épargne qu’une fois sa retraite effective. Toutefois, 3 exceptions sont à noter, permettant alors au souscripteur de récupérer en totalité son épargne bien avant l’âge de la retraite. Il pourrait le récupérer :
  • si la rente viagère qu’il touche ne dépasse pas les 40 euros par mois
  • s’il souhaite acquérir une résidence principale, auquel cas il récupère son épargne sous forme de capital et non sous forme de rentes viagères
  • s’il arrive ce que l’on appelle des « circonstances spécifiques de la vie », par exemple le décès du conjoint, un jugement lui ordonnant une cessation d’activité ou encore l’expiration d’une assurance chômage
Toujours au niveau des impôts, mais concernant les rentes viagères cette fois, elles sont soumises à l’impôt sur le revenu, avec un abattement de 10% accordé. Il ne faut pas non plus oublier les prélèvements sociaux auxquels les rentes issues du PERP n’échappent pas.
Si le souscripteur de PERP vient à décéder avant de toucher sa première rente, ceux qui en héritent toucheront une rente viagère, laquelle sera temporaire si ces derniers n’ont pas encore atteint la majorité. Si le souscripteur a déjà pu profiter de quelques rentes avant de trépasser, à moins d’avoir anticipée cette disparition, la rente ne sera pas réversible.
Dernier point à analyser : « Est-ce que le contrat de PERP est transférable ? ». Oui, il l’est d’un assureur à un autre, mais non sans frais si le contrat a plus de 10 ans. Mais souvent, c’est le nouvel assureur (celui qui reçoit le transfert) qui se charge de ces frais (pas plus de 5% de la valeur en compte). A noter qu’un souscripteur peut contracter autant de PERP qu’il veut.

L’assurance-vie

L’assurance-vie a toujours jouit d’une réputation bien plus glorieuse que le PERP, les souscripteurs pensant que les revenus y sont beaucoup plus intéressants. Mais comme on l’a vu un peu plus haut, avec la règlementation sur les rétrocessions, le PERP a quelque peu comblé son retard à ce niveau.
Au niveau des impôts, lors de la souscription, l’assurance-vie ne fait pas l’objet d’un avantage fiscal comme le PERP, sauf si le souscripteur contracte une « épargne handicap » ou bien « une rente survie ». Mais en cas d’épargne «standard », une partie du montant des rentes est soumise à l’impôt sur le revenu. Cette partie se monte à 40% si le bénéficiaire commence à percevoir la première rente en étant âgé de 60 à 69 ans, et à 30% si au-delà. Cela dit, il peut arriver que les rentes issues des assurances-vie soient totalement exonérées d’impôt.
Concernant la disponibilité de l’épargne, c’est à ce niveau que l’assurance-vie tire sa véritable force par rapport au PERP puisque, contrairement à ce dernier, le bénéficiaire peut en disposer quand bon lui semble.
Lors de la souscription d’une assurance-vie, il est beaucoup plus facile d’anticiper ce qui doit arriver en cas de décès du souscripteur. En effet, le contrat contient une clause bénéficiaire qui désigne justement le bénéficiaire de l’assurance en cas de disparition de son souscripteur. Si aucune rente n’a encore été perçue, le capital constitué par l’épargne fait l’objet d’un régime fiscal plus qu’avantageux pour le bénéficiaire puisque celui-ci sera exonéré de droits de succession à hauteur de 152 500 euros par bénéficiaire si le contrat a été conclu avant les 70 ans du feu souscripteur. Au-delà, ce montant est réduit à 30 500 euros tous bénéficiaires confondus, ce qui reste encore tout à fait raisonnable quand on sait que les rendements éventuels ne seront pas (eux aussi) concernés par les droits de succession.
Comme pour le PERP, il faut également parler de « transfert de contrat ». Mais dans le cas de l’assurance-vie, le transfert d’un assureur à un autre ne peut se faire.

 

Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement

À quel âge prendre
votre retraite ?

Découvrir

Quelle sera
votre pension ?

Calculer

Quelles sont les
solutions retraite
préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Vous recherchez un prestataire pour vous ou un parent ?

  • Aménager mon logement
  • Solutions d’hébergement
  • Aide à domicile
  • etc...
Découvrir tous les services proposés