Calcul retraite : Astuce du mois : partir en retraite sans décote

calcul retraite

age depart retraite

Astuce du mois : Partir à la retraite sans décote
Si vous souhaitez partir à la retraite dès l’âge légal de départ sans le nombre de trimestres requis pour le taux plein, découvrez les dispositifs suivants et parlez-en à votre employeur : la retraite progressive et le rachat de trimestres.

Astuce du mois : des dispositions efficaces pour partir en retraite sans subir de décote

Si l’âge légal de départ est désormais fixé à 62 ans, les assurés doivent toujours justifier d’une certaine durée d’assurance (variable en fonction de leur année de naissance) pour toucher une retraite à taux plein. Sinon, leurs pensions de base et complémentaires subiront une décote proportionnelle au nombre de trimestres manquant.

Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une minoration définitive et lorsque les droits à la retraite sont liquidés, le montant de la pension accordée n’est plus modifiable. Pour éviter ce scénario, il existe des alternatives qui méritent l’attention des futurs retraités.

La retraite progressive : partir en douceur et améliorer sa pension

Il est possible de demander la retraite progressive à son employeur dès l’âge de 60 ans si le salarié a besoin de plus de temps pour se reposer alors qu’il ne dispose pas d’une durée d’assurance requise pour toucher le taux plein : s’il décide de partir définitivement à la retraite à 64 ans, il touchera une retraite à taux plein, grâce aux trimestres et aux points cumulés au cours de la période de retraite progressive.

Si l’assuré choisit un temps réduit qui équivaut à 60 % du temps plein, il continuera de toucher 60 % de son salaire et 40 % de ses pensions de retraite. Ainsi, il percevra 80 % de ses revenus habituels alors qu’il ne travaillera qu’à hauteur de 60 % de temps plein.

Un rachat de trimestres financé par son employeur

Le rachat de trimestres permet de partir plus tôt que prévu à la retraite avec une pension à taux plein. Il s’agit d’une opération très avantageuse lorsqu’elle est totalement ou partiellement prise en charge par l’employeur. Cette solution est envisageable pour les personnes qui ont atteint ou qui auront bientôt l’âge légal de départ. Il s’agit d’une disposition envisageable dans un cadre collectif tel qu’un dispositif de gestion prévisionnel des emplois et des compétences (GPEC), d’un plan de départ volontaire ou encore d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Il est également possible d’en discuter avec son employeur et de s’engager en contrepartie, à liquider ses droits à la retraite dès qu’il est possible de toucher une retraite à taux plein. Il faut noter que l’entreprise peut accorder un financement total ou partiel du rachat à travers le versement d’une prime exceptionnelle ou encore à travers l’utilisation des droits qui découle du compte épargne temps du salarié accompagné d’un abondement.

Il faut tout de même savoir qu’il n’est pas recommandé d’effectuer cette opération s’il reste plus d’une année avant l’âge légal de départ minimal, en particulier si le rachat est financé par l’assuré lui-même. En effet, en cas de chômage, Pôle emploi vous verse des indemnités jusqu’à ce que vous atteigniez le taux plein. Ainsi, le rachat aurait été inutile et risque de vous coûter plus cher que ce qu’il vous rapportera.

Assurance vie, Perp, Préfon, Madelin... Trouvez vos solutions retraite en 3mn

calculez votre retraite
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour bénéficier de services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. Pour en savoir plus et/ou paramétrer vos cookies, cliquez ici