La souscription d’un PER n’est pas sans risque

Pour compléter sa pension de retraite, le travailleur peut décider de souscrire un plan d’épargne retraite (PER). En plus de lui garantir un revenu régulier à vie, celui-ci lui permet de bénéficier de bonus fiscaux intéressants. Mais si le dispositif a de quoi séduire, le souscripteur devra tout de même être conscient des risques inhérents à ce placement et porter une attention particulière à certains points.

souscription per n est pas sans risque

Les 5 meilleurs PER sélectionnés par Retraite.com

AssureurMinimum à l’ouverturePerformance 2020
fonds Euros
Frais de versementPromo à l’ouvertureEn savoir + Demande de documentation
logo swisslife 225 € 1,10% 1,50% jusqu’à 500€ voir l'offre demande documentation 200
logo Aviva2 horizontal 750 €  1,25% 1,50% jusqu'à 500€ voir l'offre demande documentation 200
logo Garance » style= 300 € 1,70% 0,00% 100 € voir l'offre demande documentation 200
logo UMR 30 € 2,00% 2,50%   voir l'offre demande documentation 200
logo placementdirect 900 € 1,30%  0,00%   voir l'offre demande documentation 200

Avant toute souscription, la réflexion est de mise

Le PER présente de nombreux avantages (économies d’impôt, un complément régulier de revenu…) et reste ainsi un placement attractif.

Gare toutefois à certains pièges qui peuvent jouer en défaveur de l’épargnant. En effet, le plan d’épargne retraite comporte quelques risques auxquels il convient de rester attentif.

Tout d’abord, le souscripteur doit savoir que, sauf circonstances exceptionnelles, les sommes versées sur son PER resteront bloquées jusqu’à son départ à la retraite.

A l’âge de 62 ans (âge légal de départ), il pourra débloquer son PER. Il aura alors le choix entre une sortie en capital ou en rente.

Il ne pourra résilier de manière anticipée son plan que dans l’un des cas suivants :

  • Il se retrouve en situation de surendettement et a besoin de fonds pour régulariser sa situation ;
  • Son (sa) conjoint(e) est décédé(e) ;
  • Il est frappé d’invalidité ;
  • Il fait l’objet d’un licenciement ;
  • Il souhaite utiliser son épargne pour acquérir une résidence principale ;
  • En tant que chef d’entreprise, il fait l’objet d’une liquidation judiciaire.

Si aucun de ces cas ne survient, le souscripteur d’un PER doit être prêt à renoncer aux sommes qu’il verse pour une durée d’au moins 15 ans.

Le principe de la déductibilité des revenus versés

Il est également primordial pour le titulaire d’un PER de comprendre le mécanisme de la déduction des revenus.

Le travailleur est imposé sur les revenus qu’il réalise. Cependant, les sommes placées sur son PER sont exonérées d’impôts et sont donc déduites de ses revenus imposables.

Il faut néanmoins préciser qu’il ne s’agit pas d’une règle systématique.

Deux possibilités s’offrent au souscripteur :

  • soit il déduit lesdites sommes de ses revenus imposables ;
  • soit il décide de profiter de la défiscalisation après avoir récupéré le capital.

Les professionnels du secteur rappellent que la défiscalisation proposée dans le cadre d’un PER n’est intéressante pour le contribuable que si ce dernier est imposé à plus de 30 % sur ses revenus.

La gestion d’un PER a un coût

Le PER requiert les services d’un gestionnaire spécialisé. Aussi, il est important que l’épargnant se renseigne sur le coût de cette prestation et de l’évaluer par rapport au rendement effectif du placement.

En moyenne, les charges relatives au PER (frais de gestion, frais sur versement, diverses commissions…) se situent entre 0 % et 5 % du capital constitué. Celles-ci varient en fonction des gestionnaires.

Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement

À quel âge prendre
votre retraite ?

Découvrir

Quelle sera
votre pension ?

Calculer

Quelles sont les
solutions retraite
préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Vous recherchez un prestataire pour vous ou un parent ?

  • Aménager mon logement
  • Solutions d’hébergement
  • Aide à domicile
  • etc...
Découvrir tous les services proposés