Retraite à l’étranger : comment éviter la double imposition ?

Expatriés : comment échapper à la double imposition ?

Certains retraités ayant choisi de vivre à l’étranger subissent parfois une double imposition. Ces contribuables qui perçoivent des revenus en France alors qu’ils résident dans un autre État se voient réclamer le paiement des impôts aussi bien par le pays hôte que par leur pays natal.

VOTRE BILAN RETRAITE COMPLET ET GRATUIT

bilanretraite

Vous souhaitez savoir où vous en êtes avec votre retraite ?

  • Âge de votre retraite
  • Montant de votre retraite
  • Podium des meilleures solutions retraite
  • Comparateur des meilleures offres du marché
Simulez gratuitement en 3 minutes

Les points à vérifier

Afin d’éviter cette situation, il convient de vérifier l’existence d’une convention fiscale entre les deux pays avant de quitter la France.

À noter que le nombre de conventions fiscales internationales s’élève à 150 en ce moment, et il est possible de consulter la liste sur le site web du ministère des Finances.

Autre point à vérifier : la domiciliation fiscale. Si le retraité passe plus de 183 jours par an en France, il est défini comme un résident fiscal.

Il faut préciser que la plupart des conventions fiscales prévoient que la pension privée est imposée dans le pays de résidence. En revanche, les pensions des fonctionnaires retraités sont imposables en France.

Que faire en cas de double imposition ?

En cas de double imposition, le retraité expatrié peut demander une imputation. Avec ce mécanisme, l’ensemble de ses revenus est imposé dans le pays de résidence.

Il existe deux formes d’imputation : totale et ordinaire.

L’imputation totale permet de déduire intégralement l’impôt déjà payé en France de l’impôt versé sur l’ensemble des revenus dans le pays de résidence.

Avec une imputation ordinaire, il n’est pas possible de bénéficier d’un crédit d’impôt dans le pays de résidence, car le retraité est considéré comme un résident fiscal en France.

Outre l’imputation, le retraité a la possibilité de solliciter une exonération (totale ou avec progressivité), ce qui implique la non-imposition de ses revenus en France.

En principe, l’imputation ordinaire et l’exonération avec progressivité s’appliquent à un résident fiscal français si aucune convention fiscale n’a été signée entre les deux pays.

Pour un non-résident fiscal français, seuls les revenus de source française comme ceux issus d’une location d’un bien situé en France y sont imposables.

En tout cas, tout dépend des dispositions de la convention fiscale et de leurs interprétations par les pays.

 

Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement

À quel âge prendre
votre retraite ?

Découvrir

Quelle sera
votre pension ?

Calculer

Quelles sont les
solutions retraite
préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Vous recherchez un prestataire pour vous ou un parent ?

  • Aménager mon logement
  • Solutions d’hébergement
  • Aide à domicile
  • etc...
Découvrir tous les services proposés