Préparer sa retraite à 40 ans

Préparer sa retraite dès 40 ans constitue presque l'âge idéal car les actifs de 40 ans ont généralement une stabilité professionnelle et personnelle établie qui leur permet de dégager une épargne de précaution pour leurs vieux jours. De pllus ils ont à leur disposition de nombreux placements et disposent d’une phase d’épargne assez longue, leur permettant de diversifier leurs investissements et de prendre des risques.

 preparer sa retraite a 40 ans

Préparer la retraite à 40 ans

Le départ à la retraite est une étape redoutée par les Français en raison de la baisse conséquente de revenu qu’il entraîne. Passage obligé pourtant, la cessation d’activité professionnelle peut se préparer plusieurs années à l’avance. Des dispositifs existent pour que les futurs retraités puissent épargner et investir pour un complément de revenu une fois à la retraite.

40 ans est un âge tout à fait adéquat pour commencer à préparer la retraite puisque l’actif dispose de près de 25 ans pour se constituer une rente ou un capital confortable.
L'achat de la  résidence principale est essentiel pour préparer sa retraite car il constitue, même si on en a pas toujours conscience, le meilleur axe d'investissement pour préparer sa vie de retraité.

Avec une phase d’épargne de près de 20 ans, le futur retraité peut également se permettre de prendre des risques avec des placements à forte performance. En parallèle, il peut tirer avantage de la fiscalité de certains supports d’investissement et dispositifs d’épargne. Il est important, si cela est possible, de diversifier ses placements pour optimiser la rentabilité et diluer les risques. 

On distingue 2 types d'épargne :

  • l'épagne retraite "individuelle" Ce sont les pricipaux produit d'épargne tels que l'assurance vie ou le PERP, le Livret ...,  
  • l'épargne retraite "collective" : Certains actifs ont également accès par le biais de leur employeur à de l'épargne retraite "collective"  tels que le PERCO ou le  PEE avec souvent des abondements de la part de l'employeur qui viendra gonfler votre épargne. 

Les principaux placements pour préparer sa retraite sont donc nombreux et dépendent de la disponibilité que vous voudrez donner à votre épargne, aux opportunités fiscales des placements ou aux risques que vous souhaitez prendre.

Retraite.com vous présente les pricipaux placements dès 40 ans pour bien préparer sa préparer 

L’immobilier

L’investissement dans la pierre, finançable à crédit, est un moyen efficace de préparer la retraite. L'achat de sa résidence est essentel et doit constituer le prinicpal objectif d'investissement pour sa retraite, surtout en cette période de taux bas.

Un actif de quarante ans peut se permettre d’acheter puisqu’il dispose de plus de 20 ans pour rembourser son emprunt. L'achat de sa résidence principale effectuté, il peut opter pour des solutions d'investisement locatif du type Pinel, Malraux, ... S’il opte pour la location, les loyers peuvent servir à rembourser le prêt. Une fois les mensualités payées, les loyers viennent compléter ses revenus de retraité.

Il faut cependant préciser que les revenus locatifs sont imposés au titre des revenus fonciers (impôt sur le revenu et prélèvements sociaux). Les charges relatives à l’immobilier locatif peuvent freiner l’enthousiasme d’un épargnant qui ne souhaite pas gérer ces contraintes une fois à la retraite. 

Une alternative à l'investissement "cher" de l'immobilier est d’investir dans SCPI (Société Civile de Placements Immobiliers). Ce dispositif également appellée "pierre papier", permet de détenir des parts d'un fonds immobilier qui lui assurent des revenus réguliers.
De plus, le capital initial d'investissement est très faible par rapport à l'immobilier "classique" et va de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers d'euros our l'acaht de parts , ce qui permet d'acceder plus facilement à de l'immobilier sans en supporter les soucis (gestion des locataures, des charges, des réparations...).

La diversité des actifs immobiliers (commerce, bureau, résidence, etc.) permet par ailleurs de diluer les risques. La gestion de ce portefeuille d’actifs est assurée par un professionnel.

L'Assurance vie

Placement fortement plébiscité par les Français, l’assurance vie propose un contrat monosupport et un contrat multisupports. Lors d’un contrat monosupport, l’épargne est investie en fonds euro offrant une totale garantie en capital. Un contrat multisupports propose quant à lui un investissement en euros avec une garantie en capital et en unités de compte ou UCprésentant un risque pour l’épargnant. Un épargnant à 20 ou 25 ans de la retraite peut opter pour un contrat multisupports dont le rendement est beaucoup plus important que celui d’un contrat en euros. Il existe sur le marché de très bons contrats proposant un panel d’unités de compte à forte performance.

Parmi les meilleurs contrats d'assurance vie en 2018 on retrouve ;

Courtier/ContratPERF. 2018Promo à
l'ouverture
Demande de
documentation
logo primonial 3,20% *   voir l'offre
binck assurance vie 2,35% 150€ offerts voir l'offre
logo fortuneo 2,80% 150€ offerts voir l'offre
logo linxea 2,80% 200€ offerts voir l'offre
Boursorama 2,35% 100€ offerts voir l'offre
       

* 3.20 % Net de rendement en 2018 pour le fonds en euros immobilier Sécurité Pierre Euro de Sérénipierre 

Taux de revalorisation 2018 du fonds en euros du contrat d'assurance vie Primonial Sérénipierre, Sécurité Pierre Euro, net de frais annuels de gestion, hors frais liés au mandat d'arbitrage, hors prélèvements sociaux et fiscaux et hors frais éventuels au titre de la garantie décès. Garanti en capital hors fiscalité et frais qui ne peuvent être déterminés lors de l’adhésion. Pour chaque versement, la part investie sur Sécurité Pierre Euro doit être de 35 % maximum avec une part en unités de compte de 50 % minimum. Conditions commerciales en vigueur au 1er Janvier 2019. Les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs.

Dans le cas d’une assurance vie, les versements et les retraits sont libres et non plafonnés. Le capital n’est pas bloqué et le régime fiscal appliqué dépend du nombre d’années de détention du contrat. En cas de rachat (total ou partiel), les plus-values générées par un contrat d’assurance vie sont soumises à l’impôt.
Pour son imposition, l’épargnant a le choix entre l’intégration de ses gains à l’impôt sur le revenu (application d’un abattement de 4 600 euros (personne seule) ou 9 200 euros (couple) pour un contrat de plus de 8 ans) et un prélèvement forfaitaire libératoire (Flat Tax de 30%).

Plan d’épargne entreprise (PEE)

Un PEE est un dispositif mis en place au sein d’une entreprise afin de donner aux salariés la possibilité de se constituer un portefeuille de titres et de valeurs mobilières. Ce PEE est accessible aux dirigeants si le nombre des salariés de l’entreprise qui le propose est compris entre 1 et 250 personnes.

Un tel dispositif permet aux salariés d’investir dans les actions de l’entreprise, mais également dans des parts de Sicav et des fonds communs de placement d’entreprise.

Les versements qui alimentent un PEE ne sont pas obligatoires. En plus des versements volontaires, le salarié peut y placer ses primes d’intéressement et de participation ou encore des fonds provenant d’un autre plan d’épargne salariale (un transfert depuis un Perco étant exclu). De plus, l’entreprise peut abonder les versements du salarié. Cet abondement, plafonné à 3 241,91 euros, ne doit pas excéder le triple du versement effectué par le salarié.

En théorie, le capital investi dans un PEE est bloqué durant au moins 5 ans. Un déblocage anticipé est tout de même possible si l’un des cas suivants se présente :

  • Acquisition, construction, agrandissement ou restauration de la résidence principale
  • Mariage, Pacs, Divorce, séparation, naissance ou adoption d’un 3e enfant
  • Invalidité du salarié, de son conjoint, de son partenaire de Pacs ou de l’un de ses enfants
  • Décès du salarié, de son conjoint ou de son partenaire de Pacs
  • Surendettement
  • Rupture du contrat de travail

Sur le plan fiscal, l’abondement de l’entreprise et les primes d’intéressement qui alimentent un PEE sont exonérés d’impôt sur le revenu. Cette exonération d’impôt est également valable pour les produits des placements immédiatement réinvestis. De plus, les gains générés par la cession ou le rachat de titres via un PEE ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu, mais assujettis aux prélèvements sociaux.

Un PEE est un placement dynamique qu’un actif dans la quarantaine peut envisager pour se constituer un supplément de revenu pour sa retraite puisqu’il dispose encore d’une vingtaine d’années pour faire fructifier ses avoirs.

Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO)

Le PERCO est un dispositif d’épargne retraite mis en place au sein de l’entreprise afin de permettre aux salariés de mettre de l’argent de côté pour préparer la retraite. Les sommes versées sur ce type d’épargne sont placées sur des supports d’investissement dont le nombre ne doit pas être inférieur à 3 afin de donner plus de choix au salarié.

Les versements sur un PERCO ne sont pas obligatoires. En plus des versements volontaires (plafonnés à 25% du salaire annuel brut de l’épargnant), les primes d’intéressement et de participation ou encore les sommes provenant d’un autre plan d’épargne salariale peuvent alimenter un PERCO. De plus, l’employeur peut abonder les versements du salarié( l'employeur vous verse la somme identique à la votre) Cet abondement, plafonné à 16% du PASS, soit 6 483,84 euros en 2019, ne doit pas dépasser le triple du versement effectué par le salarié. Par exemple, si vous versez 3000€, l'employeur peut abonder (vous verser) 3x5000€ sur votre PERCO. Par ailleurs, le règlement du PERCO peut permettre à l’entreprise de procéder à un versement initial et à des versements périodiques tant que ces contributions ne dépassent pas un montant total annuel de 810,48 euros.

Le PERCO étant un dispositif d’épargne retraite, le capital constitué est en principe bloqué jusqu’au passage à la retraite. Toutefois, un déblocage des avoirs peut être possible durant la phase d’épargne au cas où :

  • Le salarié veut acquérir ou remettre en état (à la suite d’une catastrophe naturelle) sa résidence principale
  • Le salarié, son conjoint ou son partenaire de Pacs décède
  • Le salarié, son conjoint, son partenaire de Pacs ou un de ses enfants est invalide
  • Le salarié est surendetté
  • Le salarié n’est plus en droit de percevoir l’allocation chômage
En termes de sortie du PERCO, l’épargnant perçoit généralement une rente une fois à la retraite. Le règlement du PERCO peut cependant proposer une sortie en capital.

Sur le plan fiscal, l’abondement de l’entreprise et les primes d’intéressement qui alimentent un PERCO sont exonérés d’impôt sur le revenu. Sont également exonérés d’impôt (mais soumis aux prélèvements sociaux) les produits des titres détenus dans un PERCO à condition qu’ils soient immédiatement réinvestis dans le plan. Lors d’une sortie en rente viagère, les sommes perçues sont en partie assujetties à l’impôt sur le revenu et entièrement soumises aux prélèvements sociaux. Par contre, la somme perçue lors d’une sortie en capital est soumise aux prélèvements sociaux, mais pas à l’impôt sur le revenu.

Si la longue phase d’épargne durant laquelle le capital reste bloqué peut être un frein, la fiscalité avantageuse du PERCO peut convaincre. De plus, l’épargnant peut accéder à des supports d’investissement performants si l’entreprise fait le bon choix en termes de gestionnaire.

PEA et PEA-PME

Un PEA ou plan d’épargne en actions est un dispositif fiscalement avantageux permettant à un résident français d’investir en bourse. Son fonctionnement est similaire à un compte-titres classique lorsqu’il s’agit d’un PEA bancaire et à un contrat d’assurance vie multisupports dans le cas d’un PEA assurance. Le détenteur d’un PEA doit respecter un certain nombre de conditions pour pouvoir conserver l’avantage fiscal y afférent.

Il ne faut cependant pas oublier que l’épargnant s’expose à des risques dans la mesure où il investit sur les marchés boursiers. Le caractère volatile de la bourse peut être un frein, mais sur le long terme son investissement peut lui rapporter gros.

Les versements effectués sur un PEA sont plafonnés à 150 000 euros et le détendeur d’un plan peut investir sur des actions, des OPCVM (que ce soit une SICAV, un fonds commun de placement (FCP) ou un fonds commun de placement dans l'innovation (FCPI)) ou encore des trackers investis en actions éligibles.

Sur le plan fiscal, l’investisseur jouit d’une exonération d’impôt s’il capitalise les plus-values engendrées par son placement. Il doit cependant détenir son PEA au moins 5 ans pour bénéficier de la non-taxation des gains. Un retrait avant 5 ans de détention entraine la clôture du PEA. Dans tous les cas cependant, les gains sont soumis aux prélèvements sociaux.

Le PEA-PME est quant à lui un dispositif d’investissement dont l’objectif est d’inciter les particuliers à miser sur les petites et moyennes entreprises (PME). Son fonctionnement est similaire à celui du PEA bancaire, sauf que les versements sont plafonnés à 75 000 euros. Dans le cadre d’un PEA-PME, l’épargnant peut investir dans des actions et des parts de SARL ou de PME ainsi que dans des parts d’organismes de placements collectifs investis à plus de 75% dans les PME.

Un investisseur peut détenir un PEA classique et ouvrir en parallèle un PEA-PME. Cette possibilité lui permet ainsi d’investir, hors capitalisation des gains, jusqu’à 225 000 euros.

Placement avantageux sur le long terme, un PEA permet à un investisseur de défiscaliser une somme d’argent importante lui assurant un bon complément de revenu à la retraite. Pour diversifier les investissements, le PEA peut être associé à des placements garantis en capital tels que les livrets règlementés ou encore les fonds en euros en assurance vie.

PERP ou plan d’épargne retraite populaire

Le PERP est un dispositif d’épargne à long terme qui permet aux actifs de se constituer un capital en prévision de la retraite. Converti en rente viagère, ce capital assure à l’épargnant un revenu supplémentaire une fois à la retraite. Le détenteur d’un PERP a également comme option une sortie en capital à hauteur de 20% ou à 100% en cas d’acquisition de la résidence principale.

Le capital d’un PERP est bloqué jusqu’à la retraite, mais un déblocage anticipé est possible en cas d’invalidité, de décès de l’époux ou du partenaire de pacs, d’expiration des droits de chômage et de surendettement entre autres.
Dans le cadre d’un PERP par ailleurs, les versements effectués par l’épargnant sont déductibles des revenus imposables dans la limite d’un plafond préalablement fixé. La fiscalité de la rente versée au dénouement du contrat PERP est quant à elle semblable à celle appliquée à la pension de retraite. C’est-à-dire que la somme est soumise à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.
Par ailleurs, la réforme de l’épargne retraite dans le cadre de la loi Pacte a pour but de rendre ce type de « placement tunnel » plus attractif : transférabilité des produits d’épargne, plus d’options de sortie, etc.

Contrat Madelin

Un contrat Madelin est un dispositif d’épargne retraite qui donne aux travailleurs non salariés la possibilité de se constituer un capital en prévision de la retraite.

Le détenteur d’un contrat Madelin bénéficie d’une déduction d’impôt au titre des versements qui alimentent son enveloppe d’épargne. Cependant, la somme déduite du revenu professionnel imposable est plafonnée.

L’avantage du contrat Madelin par rapport au PERP est son plafond de déduction fiscale plus élevé (jusqu'à 74 969€ en 2019). Ce type de placement par capitalisation oblige l’épargnant à verser régulièrement une certaine somme à une certaine fréquence, des dispositions préalablement définies (à la signature du contrat).

Au départ à la retraite de l’épargnant, le capital constitué est converti en rente viagère. Durant la phase d’épargne, seules la liquidation judiciaire et l’invalidité peuvent permettre à l’épargnant de débloquer le capital.
Les organismes qui proposent des contrats Madelin sont nombreux, les épargnants ont l’embarras du choix. La forte concurrence entraine une baisse conséquente des frais prélevés et une augmentation des options inscrites dans les contrats.

 

En bref, un actif de quarante ans dispose encore d’un horizon de placement long lui permettant de prendre des risques pour booster la performance de ses investissements. Préparer sa retraite à 40 ans est presque l'âge idéal car  la situation professionnelle et personnelle est souvent installée et stable et permet de dégager une épargne mensuelle régulière. La stratégie d’épargne choisie alors dépendra de 3 paramêtres principaux :

  • Votre capacité d'épargne mensuelle possible (100€ , 200€ ... 500€ ?).
  • Votre goût du risque pour les support d'investissement choisi. Préférez vous avoir une rémunération faible mais certaine, ou potentiellement élévée mais risquée ? 
  • La durée de votre investissement
  • La disponibilité de votre épargne investie : Préférez vous une épargne disponible à tout moment comme avec l'assurance vie, une disponibilité relative avec l'immobilier, ou une épargne "forcée" avec un contrat Madelin)
  • La fiscalité : Certain produits comme le PERP,  l'immobilier locatif (PINEL, Malraux...) ou le contrat Madelin, permettent de défiscaliser de votre impot sur le revenu une partie ou la totalité des sommes investies. 
Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement
À quel âge prendre votre retraite ?

À quel âge prendre votre retraite ?

Découvrir
Quelle sera votre pension ?

Quelle sera votre pension ?

Calculer
Quelles sont les solutions retraite préconisées ?

Quelles sont les solutions retraite préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Assurance vie, Perp, Préfon, Madelin... Trouvez vos solutions retraite en 3mn

calculez votre retraite