Mai 2020

SCPI : Baisse des rendements avec la crise

SCPI : Baisse des rendements avec la crise

La crise sanitaire et économique actuelle met en difficulté de nombreux commerces qui ne peuvent plus honorer le versement des loyers. Les SCPI connaissent ainsi une baisse des revenus locatifs qui peut avoir une répercussion sur les dividendes perçus par les investisseurs.

Conséquence de la crise sanitaire sur les placements dans les SCPI

Les parts de SCPI, en placement direct ou via une assurance-vie, sont des investissements qui ont la cote auprès des épargnants. Ces dernières années, les placements « pierre papier » sont en perpétuelle augmentation. Le nombre de particuliers investissant dans ce type de placement ne cesse de croître, ils sont plus d’un million actuellement. A noter que sur toute l’année 2019, les SCPI ont comptabilisé 8,1 milliards d’euros de souscription, ce chiffre a battu le record de 6,3 milliards d’euros collectés en 2017. Par ailleurs, le taux de distribution sur la valeur du marché (TDVM) s’élevait à 4,40% l’année passée. Avec une collecte de 2,4 milliards d’euros au premier trimestre 2020, l’investissement dans les parts de SCPI a connu un rebond de 14% par rapport à l’année dernière à la même période. Il faut cependant s’attendre à ce que la crise sanitaire influe considérablement sur le taux de rendement en 2020.

Pandémie de Covid-19, à quoi faut-il s’attendre ?

Les épargnants privilégient les parts de SCPI en raison d’une performance stable et plutôt intéressante. La pandémie de Covid-19 risque cependant de changer la donne pour cette année 2020. Les dividendes perçus par les investisseurs proviennent des loyers des biens immobiliers dont les sociétés de gestion ont la charge de recouvrer. En raison du confinement annoncé par le gouvernement cependant, un nombre important de commerces ont dû fermer.

La trésorerie des locataires s’amenuise à cause de cette fermeture involontaire. Ils sont dans l’obligation de demander un report ou une suppression des charges pour pouvoir espérer rouvrir une fois la crise passée. Les sociétés propriétaires doivent ainsi s’adapter à la situation financière désastreuse de ces locataires gravement touchés par la crise et renoncer pour un temps à percevoir les loyers. Puisque de nombreux locataires suspendent le paiement de leur loyer, cette action aura un impact direct sur les gains perçus par les détenteurs de parts de SCPI.
Selon les prévisions des sociétés de gestion, le taux de distribution sur la valeur du marché (TDVM) devrait atteindre une valeur moyenne entre 3,9 % et 4,01 % pour l’année 2020. Cette estimation est inférieure au TDVM de l’année dernière évalué à 4,40%. Les épargnants devraient donc s’attendre à une baisse de performance de leur investissement en SCPI pour 2020.

Recourir ou non au report à nouveau (RAN)

Mis en place en prévision d’une éventuelle période de vache maigre, le report à nouveau est une provision ou une réserve qu’une société de gestion accumule au fil du temps. La décision d’y avoir recours ou non appartient à chaque société après évaluation du problème locatif qui se pose. En théorie, ce fonds permet à une SCPI de verser à ses investisseurs des dividendes pendant 130 jours malgré les loyers non perçus.

La question qui se pose actuellement concerne surtout la stratégie à adopter pour le prochain trimestre puisque les investisseurs ont déjà perçu les dividendes du premier trimestre. Est-ce que la baisse des revenus locatifs va se répercuter sur les dividendes du second trimestre ? Ou bien est-ce que les sociétés de gestion vont puiser dans le RAN pour rémunérer les investisseurs ?

Il est encore difficile d’estimer avec exactitude l’impact de la crise sanitaire et économique sur l’ensemble des SCPI. Toutefois, la difficulté rencontrée par les locataires ne sera pas sans conséquence sur la rémunération servie aux épargnants.

Demande de départ à la retraite et confinement

Demande de départ à la retraite et confinement

L’assurance vieillesse recommande aux personnes concernées d’entamer les démarches de départ à la retraite malgré la crise de Covid-19 et le confinement. Attendre le déconfinement ou la fin de la crise peut en effet amener des situations beaucoup plus compliquées.

Liquidation des droits à la retraite et crise sanitaire

La crise sanitaire actuelle et les restrictions y afférentes ne doivent pas empêcher les futurs retraités à liquider leurs droits à la retraite. L’assurance vieillesse et les différents régimes de retraite reçoivent les demandes malgré la pandémie de coronavirus. Ainsi, les assurés ayant pour projet de partir à la retraite dans les prochains mois ne doivent pas s’inquiéter puisque les différents services s’organisent afin que chaque démarche soit convenablement traitée.

Ne pas attendre le déconfinement

Remettre à plus tard la demande à la retraite n’est en effet pas une bonne initiative dans la mesure où de nombreuses entreprises sont sévèrement touchées par la crise. Certaines ont dû mettre la clé sous la porte et d’autres ont recours au chômage partiel. Attendre parce que la conjoncture est mauvaise pourrait compliquer les démarches et retarder encore plus le passage à la retraite.
Les nouveaux retraités peuvent être tentés d’attendre le déconfinement pour déclencher la procédure. Une mauvaise idée selon les organismes concernés puisqu’à ce moment-là les services risqueraient la saturation. Il est donc conseillé de faire la demande en temps et en heure (pas trop tôt ni trop tard). En principe, les personnes concernées par une demande à la retraite en 2020 sont celles nées en 1958 pour une carrière normale et en 1960 pour une carrière longue.

Une demande à effectuer en ligne

Les démarches pour la liquidation des droits à la retraite sont moins contraignantes maintenant que les assurés peuvent tout faire par internet. La plateforme utilisée est fonction du parcours professionnel de l’affilié. S’il a cotisé tout au long de sa carrière à un seul régime (indépendant, salarié du privé, agent de la fonction publique, etc.), il lancera les démarches à partir de son espace personnel sur le site de ce régime de retraite. Par contre, s’il a cotisé à plusieurs régimes, un espace personnel sur info-retraite.fr est la meilleure solution.
Par ailleurs, le demandeur doit fournir les habituelles pièces justificatives lors d’une liquidation des droits à la retraite. Toutefois, les documents obligatoires tels que l’attestation de cessation d’activité ou le certificat de radiation peuvent être remplacés par une attestation sur l’honneur. Le directeur de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), Renaud Villard, a en effet souligné qu’un allègement temporaire des procédures est en place en cette période difficile.

Déblocage de l'épargne retraite des indépendants

Déblocage de l'épargne retraite des indépendants

Face à la pendémie de Coronavirus, Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé mercredi 29 avril que les indépendants qui détiennent une épargne-retraite sur un contrat Madelin pourront la débloquer pour faire face à la perte de revenu liée à la crise du Coronavirus. Les détenteurs d'un contrat Madelin, pourront donc exceptionnellement bénéficier d'une partie de leur capital épargné sans attendre leur retraite.

Déblocage anticipé possible pour les indépendants détenteurs d'un contrat Madelin 

"Beaucoup de ces indépendants ont une épargne-retraite qui se trouve sur des fonds, dits 'fonds Madelin', sur lesquels nous avons beaucoup travaillé dans le cadre de la loi Pacte" a précisé Bruno Lemaire, Ministre de l'économie. "Nous allons donner l’autorisation à tous les indépendants qui le souhaitent de débloquer leurs réserves d’épargne retraite sur les Fonds Madelin pour pouvoir compléter leurs revenus face à une circonstance exceptionnelle" a-il également précisé sur Twitter.

Certaines clauses permettent cependant de débloquer son épargne de manière anticipée dans  certains cas exceptionnels :

  • une invalidité de deuxième ou troisième catégorie de l'assuré
  • une cessation d'activité non salariée pour cause de liquidation judiciaire
  • le décès du conjoint ou du partenaire de PACS
  • le surendettement
  • une situation qui le justifie selon le président du tribunal de commerce auprès duquel est instituée une procédure de conciliation
  • l'expiration des droits de l'assuré aux allocations chômage prévues par le Code du travail en cas de licenciement
  • l'absence de contrat de travail ou de mandat social depuis deux ans au moins à compter du non-renouvellement du mandat social ou de la révocation pour les assurés qui ont exercé des fonctions d'administrateur, de membre du directoire ou de membre de conseil de surveillance, et n'ont pas liquidé leur pension dans un régime obligatoire d'assurance vieillesse

Une épargne de réserve à ne pas puiser si possible 

Le Ministre de l'économie et des Finances a toutefois été prudent sur ces retraits : "Cet argent (dédié à l'épargne retraite) c'est de l'argent pour préparer votre retraite. Est-ce qu'il faut vraiment le dépenser aujourd'hui ? Pourquoi pas, mais cela veut dire moins de précaution aussi pour la retraite. Et par ailleurs, c'est de l'argent qui a été placé très massivement en actions et aujourd'hui les actions valent moins cher et ce ne serait pas forcément une bonne affaire" 

Rappellons que les contrats Madelin seront remplacés en Mai prochain par le Plan Epargne Retraite (PER) qui, qui gardera dans les grandes lignes les mêmes spécificités, tout en étant beaucoup plus souple sur les clauses de déblocage à l'âge de la retraite.

Pour le moment, aucune directive n'a encore été présenté sur les conditions d'application de cette nouvelle exception.

Rappel des avantages du contrat Madelin 

Rappellons que le contrat Retraite Madelin est un contrat dédié aux travailleurs indépendants afin de se constituer une retraite complémentaire. Le principal avantage tient à la déduction des des sommes versées  sur le bénéfice imposable. L'indépendant peut ainsi financer une partie de son épargne complémentaire sur le compte de son commerce, tout en défiscalisant !  En contrepartie, l'épargne est bloquée jusqu'à l'âge de la retraite.

Attention : Fiscalement, les sommes ainsi débloquées sont exonérées d'impôt sur le revenu mais restent soumises aux prélèvements sociaux au taux de 10,1 %.

Transferer son contrat Madelin vers un PER 

Depuis le lancement de la loi PACTE le 1er octobre 2019, les détenteurs d'un contrat retraite Madelin peuvent transférer leur épargne vers un PER. A partir du 1er octobre 2020, la commercilisation des contrats Madelin ne sera plus possible.  À partir de cette date, les versements sur les contrats existants demeureront cependant toujours possibles.

Salariés, indépendants, fonctionnaires,
faites votre bilan retraite complet gratuitement

À quel âge prendre
votre retraite ?

Découvrir

Quelle sera
votre pension ?

Calculer

Quelles sont les
solutions retraite
préconisées ?

Comparer
100% gratuit
 

Vous recherchez un prestataire pour vous ou un parent ?

  • Aménager mon logement
  • Solutions d’hébergement
  • Aide à domicile
  • etc...
Découvrir tous les services proposés